Pratiques culturelles

 

Compétence professionnelle 1

 

Libellé de la compétence : Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d’objets de savoirs ou de culture dans l’exercice de ses fonctions

 

 

 

Niveau de maîtrise attendu :

 

      Comprendre les différents savoirs à enseigner (disciplinaires et curriculaires) de telle sorte qu’il puisse favoriser la création de liens significatifs chez l’élève;

 

 •            Manifester une compréhension critique de son cheminement culturel et d’en apprécier les potentialités et les limites;

 

             Manifester une compréhension critique des savoirs à enseigner de telle sorte qu’il puisse favoriser la création de liens significatifs chez l’élève;

 

            Construire des liens, dans les activités d’apprentissage proposées, avec la culture des élèves.

                                                                                                                                                                                                                           Mels (2001)

 

 

Niveau de développement de la compétence professionnelle 1 : consolidation

 

 

        J’ai vécu à la session d’automne 2015, dans le cours DDM410C, une expérience inoubliable qui, à elle seule peut témoigner de mon cheminement dans la compréhension de la dimension culturelle et des stratégies pour l’intégrer à l’école.

 

         J’ai parlé de consolidation pour une double raison. La première concerne l’acquisition des savoirs : il y a tellement à apprendre, à voir, à connaître, à expliciter, et à remanier  que l’apprentissage pour un enseignant ou une enseignante devient permanent. La deuxième, vient du fait que personnellement j’ai du chemin à faire (j’en ai fait) étant moi-même en apprentissage de la culture québécoise, comme c’est la réalité pour beaucoup des élèves que j’aurai à rencontrer.

 

         En stage ou en suppléance, j’ai déjà accompagné des groupes  à des sorties au théâtre ou au musée. J’ai aussi, dans mes moments de loisirs en famille, pris part à des activités et organisé des sorties culturelles, mais, y aller avec pour objectif de vivre l’expérience et en même temps de me projeter comme enseignante réfléchissant à la manière de la faire vivre à des élèves était quelque chose d’enrichissant.

 

         Outre le temps passé à asseoir les bases théoriques  en décortiquant la partie du PFÉQ relative au domaine des arts, le camp créatif intégré à ce cours à été l’occasion d’une immersion totale dans la culture.  Je suis mieux outillée pour organiser des activités culturelles à l’école. De plus, j’ai une meilleure compréhension de l’exploitation des repères culturels et de leur portée pédagogiques.

 

         En annexe au texte : «Des pratiques inspirantes pour intégrer la dimension culturelle à l’école» paru dans la revue  Éducation et Francophonie, volume XI, automne 2012,pp 119 à 138, Caroline Raymond et Nicole Turcotte de l’UQAM proposent un exemple d’activité culturelle présentant des héros dans la toponymie. Un moyen d’amener les élèves à  porter une attention particulière au paysage quotidien de la communauté.

 

            Comme passeur culturel, j’ai le mandat d’intégrer la culture à l’école.  Les repères culturels : objets, faits historiques, découvertes scientifiques, évènements sociaux ou artistiques, évoqués régulièrement au fil des apprentissages, peuvent permettre aux élèves d’appréhender un bagage culturel impressionnant pour se connaître et connaître le monde. De plus, un espace artistique peut permettre aux élèves en difficulté de révéler leur talent. Je me donne pour défi de me familiariser davantage avec la culture pour pouvoir intégrer avec efficacité des projets culturels.

Écrire commentaire

Commentaires : 0