Les arts et la réussite scolaire

Traditionnellement,  l’instruction se limitait à l’acquisition de savoirs. Nous savons pourtant que l’éducation doit tenir compte du  développement de l’enfant dans son intégralité. Au terme du parcours scolaire, l’élève doit pouvoir comprendre « le monde dans lequel il évolue».  Parmi les outils mis en place pour atteindre cet objectif, il y en a un, très souvent négligé du fait de « certains préjugés qui font placer les arts au bas de l’échelle de la hiérarchie des matières scolaires,»  je veux souligner l’enseignement de l’art dramatique.

L’enseignement de l’art dramatique a cette particularité de renforcer l’identité et de permettre au jeune d’avoir confiance en lui. C’est un exutoire où il laisse libre cours à son imagination, à sa créativité. C’est le lieu par excellence du verbal et du non verbal, de l’appréciation et de la création de textes littéraires. Ces pratiques permettent du même coup d’acquérir des compétences dans d’autres disciplines, les langues par exemple. La capacité à intégrer les consignes et à résoudre des problèmes trouvera aussi son application. L’art dramatique place l’enfant dans un processus d’intersubjectivité qui non seulement contribue au développement de sa capacité de jugement, mais aussi l’atteint tant dans son être que dans son savoir-être. Ainsi, les effets de l’action dramatique se déploient  sur, au moins, deux axes majeurs : la valorisation du lien social à travers les interactions qui se forment, la maitrise progressive,  du moi émotionnel  nécessaire à l’émergence et au renforcement de la confiance en soi. Le  théâtre astreint l’enfant à une discipline qui structure sa personnalité et  participe à  sa formation identitaire.

Le cours sur la créativité a permis à tous ceux qui l'ont suivi de découvrir les mille et une façons d'intégrer les arts à notre pratique. Ce qui paraissait infranchissable s'est découvert d'une  simplicité incroyable.

 

Inspiré de:

LE POTENTIEL DE L’ÉDUCATION ARTISTIQUE

par Diane Saint-Jacques

Vie Pédagogique No 141, Nov.-Déc. 2006

 

École Michelet, spectacle de fin d'année.

Sur la base d'une tolérance d'engagement, j'ai travaillé un certain temps à l'École-Michelet, dans le quartier de Montréal Nord. Avec les jeunes de sixième année, nous avons joué L'Avare de Molière. C'est une tradition dans cette école de terminer l'année avec une représentation tirée des classiques du 17e siècle. Les élèves en étaient bien fiers.

 

Un an plus tôt, j'avais assisté, au cours du festival Juste pour rire, à la représentation de l'Avare sur une mise en scène de Serge Postigo. Le décor, les costumes et particulièrement l'éclairage à la chandelle (2000 bougies) en avait fait un spectacle particulier qui nous a transportés au 17e siècle. je m'en étais inspirée (sauf pour les bougies bien sûre) en amenant sur scène des figurants qui n'avaient pas de texte, avec seulement des petits jeux de scène.

Spectacle_EMichelet_2011 (1).pdf
Document Adobe Acrobat 4.1 MB

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    goldricknoel (mardi, 12 novembre 2013 15:11)

    Très beau portfolio! J'aime les métaphores et les sujets choisis. Cependant, je crois qu'il serait préférable de déplacer les textes de blogue dans la section blogue. Les gens auront bien du plaisir à visiter et à s'instruire à travers les sections.

  • #2

    Karine Labelle (mardi, 19 novembre 2013 15:52)

    Billet très intéressant! Le lien théorique est très pertinent et l'artéfact, authentique! Bravo!
    Je suis d'accord avec Goldrick, le blogue devrait préférablement s'afficher dans la section blogue.