La pensée et les mots

 «Ce qui se conçoit bien,  s’énonce clairement et les mots pour le dire  arrivent aisément.»  

Tirés de l’Art poétique de Boileau  (chant I), ces vers sont, à travers le temps, passés en proverbe, au point d’être souvent déplacés de leur contexte initial ou même subir quelques  modifications. Aussi, est-il important de rappeler le libellé du texte original: « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.»  Ce fut l’une des nombreuses règles de la littérature classique. Évidemment, nous savons que les contraintes diffèrent suivant que l’on s’exprime à l’écrit ou à l’oral. L’écriture peut être «remise, polie sans cesse et repolie», ce que Boileau a lui-même recommandé. Il n’en demeure pas moins que la pensée doit être assez bien structurée pour une prise de parole efficace.

Selon Hegel, c’est dans les mots que nous pensons. En d’autres termes, Il n’y a pas de pensée sans mots. Sinon, ce ne sont que des pensées vagues et inabouties. Pourtant, le langage ne parait pas toujours fidèle à ce que l’on veut exprimer. Il arrive parfois qu’on ne trouve pas les mots pour communiquer  sa pensée. Dans certains cas, « les mots dépassent la pensée», dans d’autres, le flux de parole peut influencer les idées et en entrainer d’autres;  en les exprimant, elles s’enchaînent.

 Que dire si on doit  s’exprimer dans une langue autre que la langue maternelle?  La pensée est-elle fidèlement transmise?  Il existe des pensées ou des sentiments difficiles à traduire en mots et, pour se faire comprendre, on doit joindre le gestuel au  non-verbal. La pensée peut aussi  s’exprimer  par une forme de langage autre qu’un assemblage de mots.    

Les mots étant des signes conventionnels de communication, leurs signifiants ne correspondent pas forcément au signifié choisi pour les désigner.  La citation de Boileau,  traduisant le lien entre la pensée et la parole, fut vraie, dans le contexte de l’époque et pour la catégorie à laquelle cette règle était destinée, savoir les écrivains classiques.  Cependant, si l’on doit prendre en considération la grande diversité sociale, à des âges différents, ce rapport entre la pensée et la parole, tel qu’énoncé, demeure relatif. N’empêche qu’en ma qualité d’enseignante, héritière et porteuse de culture, j’encourage tout un chacun à prendre en compte ce conseil de Boileau.

 

Groupe québécois pour la modernisation de la norme du français (GQMNF)

Le GQMNF est membre du Réseau pour la nouvelle orthographe du français (RENOUVO)

 On peut s’y abonner en écrivant à gqmnf@renouvo.org.

Site: www.gqmnf.org

 

 

«Le GQMNF a pour objectif de diffuser au sein de la population les changements dans la norme du français approuvés par des instances francophones compétentes.»

 

http://www.gqmnf.org/index.html

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    mariepierdelisle (mardi, 03 décembre 2013 10:16)

    Salut!
    C'est toi qui évalue mon portfolio! Je voulais simplement t'informer que mon portfolio sera complété ce soir seulement. Tu pourras me corriger à partir de demain! Merci beaucoup !